Quand Goha s’improvise père Noël

Le 21 décembre dernierlors d’un ultime spectacle, les marionnettistes de 4º se sont rendus à l’école spécialisée d’Ahbab Allah à Héliopolis. Les enfants des deux écoles ont échangé, partagé dans un bel élan de solidarité, très généreusement encouragé et soutenu par de nombreux parents que nous tenons à remercier chaleureusement. Mme Rita Kezelian, tout particulièrement, a permis que les efforts de tous aboutissent à cet heureux moment. Des problèmes techniques ne nous ont pas permis de vous offrir en retour des clichés de qualité, mais nous avons quand même capturé quelques instants que vous retrouverez dans cette courte vidéo.

 

 

 

Ammar et Siba

Hassan El Geretly nous présente sa dernière création

Le mercredi 6 décembre 2017, la 1ère option théâtre a eu la chance de rencontrer Monsieur Hassan El Geretly, fondateur de la compagnie El Warsha en Egypte, partenaire artistique de l’option théâtre du Lycée Français du Caire. La discussion a été passionnante. Voici l’article rédigé par les élèves à l’issue de l’entretien.

Naissance d’une vocation

Hassan El Geretly

A la question « Quel est l’élément déclencheur de votre passion pour le théâtre ? », Hassan a répondu par une anecdote charmante. Il était à l’école primaire et s’amusait dans la cour de récréation quand il remarqua, par la fenêtre d’une salle de classe, un écolier, l’air triste et renfermé, qui refusait d’embrasser la main d’une blondinette. Il s’agissait en réalité d’une répétition de spectacle pour célébrer l’inauguration du Canal de Suez avec la petite fille qui jouait l’impératrice Eugénie et Hassan remplaça bien vite le petit garçon renfrogné pour jouer le khédive Ismail d’Egypte. Ses parents, loin de s’y opposer, l’ont au contraire encouragé et son père lui achetait même des pièces de théâtre à étudier.

Les petites chambres

Hassan a insisté sur l’importance de la coopération entre écrivain et metteur en scène pour la réussite d’un spectacle de théâtre. Il était ainsi accompagné d’un ami écrivain et poète, Shady Atef, qui a traduit en arabe égyptien la pièce Les petites chambres de l’écrivain syrien Wael Kaddour. Il s’agit de l’évolution d’un quatuor amoureux dans la Damas de 2010 : le docteur Ammar est à la croisée des chemins, les personnages féminins cherchent des échappatoires et Saad semble peu recommandable.

Ammar et son épouse Hanane
Ammar et Siba

Du 22 au 28 mars, au Caire : D-CAF !

Nous avons vu une répétition géniale et nous vous conseillons vivement d’aller voir cette pièce lors du focus sur les arts arabes du 22 au 24 mars au Downtown Contemporary Arts Festival.

Le journal du lycée, Mashrabeya, revient sous forme numérique. Votez !

Le Journal du Lycée, « Mashrabeya », se réinvente ! Il devient un journal en ligne et pour son renouveau, a été organisé un concours photo afin d’illustrer la page d’accueil du journal. Avec pour thème général la ville du Caire, les élèves ont redoublé d’imagination et une vingtaine de photos ont été envoyées. C’est maintenant à vous de voter ! Choisissez votre photo préférée sur le tout nouveau site : https://journal.lfcaire.org/concours-photo/  et participez à la mise en place d’un « Mashrabeya » revalorisé !

Nora Guigues, pour le comité de rédaction du Mashrabeya.

Conférence MUN Alexandrie.

Pour la 3ème année consécutive, au cours du week-end du 8 et 9 décembre, des élèves du MUN du LFC ont participé à la grande conférence organisée par le Lycée Français d’Alexandrie. Nos 26 élèves sélectionnés ont affronté dans huit comités, en français ou en anglais, des élèves des divers établissements d’Alexandrie ou du Caire sur les grands sujets de l’actualités (Rohingyas, Casques bleus, Corée du Nord…). Les débats ont été enrichissants et 7 de nos élèves ont particulièrement brillé en étant élus “meilleur(e) délégué(e)” dans leur comité : Elisabeth Houziel, Paul Houziel, Yar Mekhtigian, Anouck Guillou, Emmanuel Demian, Ali AbuZein et Zakaria Fahmi. Encore toutes nos félicitations pour votre belle prestation et rendez-vous l’an prochain !

L’équipe MUN LFC

Course du cœur

Du « cœur » en courant…

Le samedi matin 9 décembre 2017, un grand nombre d’élèves, de parents et d’enseignants s’est pressé sur la piste d’athlétisme du stade afin de participer à la « première course du cœur » du lycée français du Caire. Cette manifestation avait pour but de montrer une « solidarité en actes », au profit des personnels égyptiens de l’établissement se trouvant en difficulté momentanée (situation familiale, santé, accident…) et devant faire face à des contraintes financières lourdes.

Les participants devaient effectuer le plus grand nombre de tours de piste, chaque tour apportant une petite somme à la contribution collective. Les « petits ruisseaux font les grandes rivières » et la participation de tous, des plus petits aux plus grands, a permis de rassembler une aide conséquente, d’un montant de près de 2000 euros, qui sera versée aux personnes concernées.

Dans un esprit détendu, joyeux et convivial, les participants ont montré une grande générosité et battu des records (jusqu’à 69 tours pour l’un d’entre eux). Tous les élèves de maternelle et de l’élémentaire ont reçu une médaille, ainsi que les élèves les plus performants. Les collégiens et lycéens bénéficieront d’une appréciation « comportement citoyen », afin de saluer leur engagement et leur enthousiasme.

Les adultes, heureux d’avoir participé à une belle entreprise, se sont déjà donnés rendez-vous à la future course du cœur, qui devrait avoir lieu en 2018 un peu avant les vacances de Noël.

Manifestation réussie, au nom de la solidarité, de l’entre aide et du partage.

Le Proviseur,

D. TRABOULSI

Les marionnettes du LFC de nouveau sur le devant de la scène

Dans le cadre de la semaine des Lycées français du monde, quelques élèves de 4º ont révisé leur scénario. Le jeudi 16 novembre, journée consacrée à l’éducation à la citoyenneté, ils sont allés présenter leur spectacle de marionnettes devant des enfants handicapés de la section spécialisée de l’école MLS. Ils ont reçu un accueil particulièrement chaleureux et ont rencontré un franc succès.