A fantastic writing contest for you – Open until 20th February 2018

If you feel your thirst for creative writing has not been quenched yet, here is another contest you can enter.

This time, it is about writing a short story (1000 words maximum), or a personal account (Non-fiction: memories, dreams for the future, a personal experience…1000 words maximum), or a lyrical song/poem (80 lines maximum).

The most important quality to succeed is creativity and your ability to grip the reader’s attention.

Conditions of submission:

  • Format: Word or PDF
  • Deadline: 20th February 2018

Make sure you include the following information on each production:

  • Selected category: Fiction / non-Fiction / Song or Poem
  • First name + Surname
  • Lycée français du Caire
  • Class level : “collège” or “Lycée”
  • Age
  • Your teacher’s Name + e-mail address

Your teacher will select five production per class maximum and send them to the jury in Paris. 

In addition to the Didier Publications jury, voters will choose the winners on https://www.facebook.com/PaperPlanesTeens/  from 03/04/2018 until 13/05/2018.

The first three winners -one per category- unconditionally agree to see their creations published in I love English magazine, on editionsdidier.com  website, and on paperplanesteens.fr 

Results will be announced on 16/05/2018.

PRIZES (in each of the three categories: Fiction; non-fiction, Poem/song)

First prize: A digital book reader + two books from the Paper Planes collection + a one-year subscrption to the  Love English magazine.

Second prize: An “England-Wales” guidebook   + six books from the Paper Planes Collection

Third prize: A “London” guidebook + four books from the Paper Planes Collection

Fourth to tenth prize : One book from the Paper Planes Collection 

It is high time you grabbed your favourite pen!

Good luck,

The LFC English Team.

Les marionnettes du LFC de nouveau sur le devant de la scène

Dans le cadre de la semaine des Lycées français du monde, quelques élèves de 4º ont révisé leur scénario. Le jeudi 16 novembre, journée consacrée à l’éducation à la citoyenneté, ils sont allés présenter leur spectacle de marionnettes devant des enfants handicapés de la section spécialisée de l’école MLS. Ils ont reçu un accueil particulièrement chaleureux et ont rencontré un franc succès.

Commémoration du 11 novembre au cimetière latin

Lors de la commémoration de l’armistice du 11 novembre 2017 au cimetière latin du Caire, une forte délégation d’élèves, d’enseignants et de cadres du Lycée Français du Caire a montré son attachement au « devoir de mémoire » en rappelant et honorant le sacrifice des soldats et civils, tués, disparus et blessés, pendant cette guerre mondiale de 1914-1918.

Le lycée a fait appel aux élèves volontaires de toutes les classes et niveaux de l’établissement pour lire quelques lettres de « poilus » et chanter devant les délégations officielles l’hymne national français. Cet appel a été entendu et beaucoup d’élèves ont tenu à participer à cette cérémonie commémorative, présidée par l’Ambassadeur de France en RAE, son Excellence Monsieur Stéphane ROMATET, et Monsieur le Consul général de France au Caire, Monsieur Olivier PLANCON.

La représentation diplomatique était accompagnée par les attachés de défense des Ambassades installées au Caire dont les ressortissants ont été concernés, à un titre ou à un autre, par la guerre 14-18 : les représentants des USA, de la Grande Bretagne, de la Belgique, de l’Italie, du Japon, de la France. D’autres personnalités locales et représentants des anciens combattants de toutes les guerres étaient également présents.

Après l’ouverture de la cérémonie par le Colonel DESGREES DU LOU, attaché de défense près l’Ambassade de France, qui a rappelé la violence de l’expérience combattante au cours de la grande guerre et le sacrifice des « citoyens-soldats » (1,2 millions de victimes militaires en France, près de 10 millions pour l’ensemble des belligérants), trois élèves ont évoqué les sentiments et les réflexions des combattants au travers de lettres adressées pendant la guerre à leurs proches et amis :


Première lettre, lue par Zaïna FOUAD, élève de 3ème 3 :

Pierre CHAUSSON :

(…) « Les canons et les fusils ne marchaient plus, il régnait un silence de mort. Il n’y avait que les blessés qui appelaient : « Brancardiers ! Brancardiers ! » … « A moi, au secours ! » …D’autres suppliaient qu’on les achève. C’était affreux à voir. (…) Le bombardement commençait et il fallait rester là, à attendre les obus, sans bouger jusqu’au soir 8 heures où on venait nous relever. Chaque soir il y avait 100 ou 200 blessés sans compter les morts. Un jour, on y passait la journée, l’autre, la nuit, avec cela coucher à la belle étoile ; nous n’avions rien pour nous couvrir, je me demande comment nous avons résisté. (…)


Deuxième lettre lue par Janna NEHAD et Farida EL SHEIKH :

Michel TAUPIAC dit « François » – Dimanche 2 mai 1915

Il avait 19 ans en 1914. Il avait l’habitude d’écrire souvent à son ami Justin Cayrou. Après avoir survécu à la guerre, Michel Taupiac devint pêcheur sur la Garonne, mais aussi herboriste et guérisseur à ses heures.

Cher ami,

Enfin, je puis t’écrire un peu plus tranquille maintenant que la grande bourrasque des jours derniers paraît s’éteindre. Tu as sans doute entendu parler de cette attaque furieuse du côté d’Ypres, où tous les moyens de destruction ont été employés (y compris les gaz) … De cette lutte de cyclopes, il n’en restera qu’un peu de boue…Je ne te parle pas de mon rôle dans cette guerre. Je suis le matricule N°X, une partie du maillon de cette immense chaîne. J’ai des heures de nostalgie et de dégoût. Quelquefois je me dis : « pourvu que tu t’en sortes ! » ; bien souvent, « A quoi bon ! » Que je meure ici en pleine force, une lueur de gloire dans les yeux ou que je finisse plus tard bourgeoisement dans un cimetière : qu’importe, la vie n’a jamais été pour moi une chose bien douce et l’avenir me paraît bien noir. Je ne ferai rien pour disparaître, je n’ai pas le sang d’un héros. J’ai même comme un frisson quand la mort me frôle de trop près, et machinalement, je fais ce qu’on appelle son devoir. Je suis un de ces millions d’anonymes qui forment l’instrument pour forger une page sanglante de notre histoire. Cette époque sera bâtie avec beaucoup d’héroïsme, de tristesse et de lâcheté.

J’attends de tes nouvelles, ton ami,

Taupiac.


Le clairon, pour l’appel « aux morts », a ensuite retenti dans le cimetière, suivi d’un moment de silence et de recueillement, puis des gerbes ont été déposées, avec l’aide de jeunes enfants, par les diverses délégations militaires.

Les élèves des autres classes (une trentaine), regroupés face au monument aux morts, ont alors chanté le premier couplet et le refrain de la Marseillaise « a capella » sous la direction de Madame Sylvie POIRIER, leur professeur de musique, et de Madame Dominique TRABOULSI, leur Proviseur. Ce chant de guerre, 99 ans après l’armistice de 1918, a créé une grande émotion chez tous les participants, qui ont pu mesurer, par ces voix d’adolescents, toute l’absurdité et l’horreur du conflit. Le chant de guerre est soudain devenu, en la circonstance, un hymne à la paix et la liberté, à la nation et au peuple citoyen.

Ensuite la délégation du lycée français, élèves et enseignants (chacun portant le « bleuet », symbole des soldats français morts au front, comme les anglais portent le « coquelicot » symbolisant le sacrifice des « tommies ») se sont rendus à la résidence de l’Ambassadeur de France en R.A.E., son Excellence Monsieur Stéphane ROMATET, pour une collation dans les jardins de la résidence. Les élèves ont ainsi pu mesurer l’action conduite par notre représentation diplomatique en matière de de présence et de rayonnement de la France à l’étranger, le travail des différents services et les missions d’un Ambassadeur de France, incarnant en Egypte et pour les français qui s’y trouvent en résidence à la fois l’autorité du Président de la République Française et celle de tous les ministres du gouvernement français.

Monsieur l’Ambassadeur, très disponible, a répondu à toutes les questions posées par les élèves, les a remerciés pour leur « comportement citoyen » et a insisté sur le regard attentif et bienveillant qu’il portait aux élèves du lycée français, à leurs activités et leur réussite.

La communauté scolaire du LFC est heureuse et fière d’avoir été ainsi honorée, en participant à cette commémoration citoyenne du 11 novembre, et a résolu de revenir en plus grand nombre, l’année prochaine, pour le centenaire de 1918, afin de poursuivre ce travail « d’humaine mémoire ».

Les élèves du Lycée français dans les jardins de la Résidence de l’Ambassadeur de France en R.A.E., Monsieur Stéphane Romatet, accompagné par Madame Dominique Traboulsi, Proviseur du LFC, de Madame Véronique Knapp, Attachée de coopération éducative, et de Monsieur Antoine Lo Cunsolo, Directeur administratif et Financier du LFC.

Programme des Lycées Français du Monde au LFC

Pour valoriser encore davantage ce que représente le système éducatif français à l’étranger, il y aura, chaque année, une Semaine des lycées français du monde. La première édition aura lieu du 12 au 19 novembre. Cette semaine de sensibilisation à laquelle tous les lycées français du monde sont invités à participer en proposant des événements et des activités éducatives aura un impact à la fois local mais aussi à l’échelle du réseau.

Avec une présence dans 137 pays, près de 500 établissements et 350 000 élèves scolarisés de la maternelle à la terminale, la France est le pays qui dispose de plus important réseau scolaire au-delà de ses frontières. Sur tous les continents, des familles françaises et de nombreuses autres nationalités font le choix de l’enseignement français car elles en connaissent les atouts.

En rassemblant sur une semaine des événements et des activités dans les écoles et lycées français du monde, chaque établissement se fera mieux connaître et contribuera à montrer la cohérence et la diversité de l’ensemble du réseau.

Vous trouverez toue le programme des activités organisées au Lycée Français du Caire dans le document suivant :

Tout le programme de la semaine au lycée français du Caire

La première édition de la Semaine des lycées français du monde s’ouvrira au Salon du livre francophone de Beyrouth, le 12 novembre 2017, et se clôturera au Salon européen de l’éducation à Paris, le 19 novembre.

Le dynamisme des établissements, l’engagement des équipes éducatives, la réussite de leurs élèves et de leurs anciens élèves seront mis en lumière par une myriade d’initiatives.

Alors que le plurilinguisme et la richesse multiculturelle constitueront un fil conducteur sur l’ensemble de la semaine, chaque jour sera l’occasion de mettre l’accent sur des thématiques choisies car elles correspondent à des marqueurs du modèle éducatif français à l’étranger :

Lundi 13 novembre

« Les sciences, l’innovation et le numérique »
« La mobilité internationale des élèves du réseau »

Mardi 14 novembre

« L’école maternelle, une spécificité française »

Mercredi 15 novembre

« La pratique sportive dans les établissements français à l’étranger »

Jeudi 16 novembre

« L’enseignement de la philosophie, la culture de l’engagement et l’éducation à la citoyenneté »

Vendredi 17 novembre

« Les activités artistiques et culturelles »
« L’école inclusive et l’accueil des élèves à besoins éducatifs particuliers »

Samedi 18 novembre

« L’orientation, la découverte des formations et des métiers »
« Les anciens élèves des lycées français du monde »

Source de l’article : http://aefe.fr

El Fennec

El Fennec est un robot à énergie solaire développé en ISI (initiation aux sciences de l’ingénieur) dans le cadre des enseignements d’explorations en classe de secondes. Le projet a commencé il y a 2 ans: tous les composants, hormis le panneau solaire, le moto-réducteur et le vérin électrique de direction ont été conçus et réalisés au lycée par les élèves de secondes ayant suivi cette option. Sa fonction est de donner l’allure à un groupe d’élèves désirant s’entrainer à une vitesse donnée sur la piste d’athlétisme du stade du lycée. De plus le robot muni d’une caméra filme la course des élèves pour qu’ils puissent ensuite analyser la décomposition de leurs foulées dans le cadre des enseignements en EPS.

Actuellement le robot manque de “vitamines” et ne se dirige que sur une ligne droite : la mission des élèves cette année est d’augmenter sa vitesse ( objectif 18  à 20 km/h) et de le faire se diriger automatiquement sur un couloir tout autour du stade en asservissant sa direction à une lecture optique du bord intérieur de la piste.

Imaginer la ville de demain

Les élèves de 6e3 et de 6e4 ont réfléchi à l’aménagement d’un quartier de la future capitale égyptienne en cours de géographie. Il s’agissait, dans le cadre du chapitre intitulé “la ville de demain”, d’une initiation à la prospective territoriale.

Par groupe, les élèves ont réalisé des panneaux et des maquettes, et ils ont défendu devant la classe les mesures qu’ils souhaiteraient mettre en œuvre pour tenir compte du développement durable.