Le mot du Proviseur

Rentrée 2017 – Lycée Français du Caire

Le « mot du Proviseur », Madame Dominique TRABOULSI – Octobre 2017

Chers élèves, enseignants, personnels et familles du lycée Français du Caire.


Nous avons entrepris une nouvelle année scolaire avec ambition et détermination, en demeurant fidèles à nos objectifs fondamentaux : faire réussir tous nos élèves en les conduisant à l’excellence, « leur » excellence.

La rentrée a été marquée par une augmentation significative des effectifs (1940 élèves), avec la création de deux nouvelles divisions, l’une en CM1 dans le 1er Degré, l’autre en 3ème dans le 2nd degré. Le Premier degré est donc renforcé et le collège présente une structure homogène, de la Sixième à la Troisième, avec 6 divisions par niveau. Ces ouvertures ont été accompagnées de la volonté réaffirmée d’assurer la sécurité des personnes et des biens et d’offrir de bonnes conditions de confort pédagogique : tous les équipements de surveillance et de contrôle sont désormais en place, les emplois du temps des élèves ont été resserrés afin de permettre une meilleure gestion de la journée de l’élève tout en respectant le cahier des charges des programmes et des horaires officiels, les matériels pédagogiques ont été complétés et la vie scolaire a été aménagée pour répondre au mieux aux besoins des élèves. Le site de Zamalek vient d’être rénové, celui de Maadi, en cours de réhabilitation, sera notre priorité cette année 2017-2018.

L’établissement est en bon ordre de marche et, avec l’adhésion et l’aide des familles, les parcours de formation et d’enseignement peuvent se déployer harmonieusement, dans un bon état d’esprit (collectif et individuel) qui allie « bienveillance », « confiance » et « rigueur ».

Il s’agit bien de « faire au mieux » pour que chaque membre de la communauté scolaire, élèves en premier rang, parents sans lesquels rien ne pourrait être accompli, agents de toutes catégories et de tous niveaux de responsabilité, enseignants, EMFE (enseignants formateurs dans le 1er degré), EEMCP2 (enseignants formateurs dans le 2nd degré)  et cadres de l’équipe de Direction se perçoive à sa place, dans l’exercice de ses responsabilités et de ses missions, heureux de venir à l’école, au Collège et au Lycée pour y apporter ses compétences et son enthousiasme.

Certes, il convient que nous améliorions encore nos échanges en respectant les procédures que nous allons affiner, que nous tirions parti de nos divers points de vue, que nous puissions affirmer davantage notre engagement de service public (référence au système français) auprès des élèves et de leurs familles, dans un esprit détendu et confiant. Je tiens à remercier ici le travail accompli par les associations de parents d’élèves.

Cet investissement est un exercice d’équilibre délicat, surtout lorsque la sécurité collective est en jeu, et je demande à chacun de garder la réserve et la « hauteur de vue » nécessaires, afin d’affirmer davantage encore l’esprit de notre système éducatif, épris de justice, d’égalité des chances et de performance.

A l’étranger, un lycée français se doit d’être exemplaire, en toutes circonstances.


Il convient également de poursuivre l’application du projet d’établissement, en approfondissant les axes définis l’an dernier :

  • Développer la maîtrise des langues.
    Pour la maîtrise des langues, il convient de réfléchir à l’amélioration de l’enseignement de la langue française comme langue de scolarisation (y compris en utilisant les méthodes du FLE), valoriser le pluridisciplinaire en intégrant largement les langues étrangères, favoriser les  certifications, les enseignements en DNL, nous avons d’ailleurs déposé au service pédagogique de l’AEFE, un dossier de demande d’ouverture d’une section européenne, pour le Lycée (SVT et SES en anglais), mais aussi, maintenir l’exposition à la langue et à la culture égyptiennes.
  • Valeurs et comportements, ce qui appelle :
    Un effort de construction de la personne de l’élève dans les activités scolaires et périscolaires, en partageant des convictions communes « l’esprit LFC » dont voici quelques exemples :

    • la gestion harmonieuse de la diversité, de l’éducation « à la différence » et à la solidarité ; l’école doit être inclusive, en permettant à chacun de trouver les formes de son épanouissement ;
    • l’ouverture sur l’extérieur en intégrant la citoyenneté et l’appartenance au réseau AEFE ;
    • la volonté de servir la Francophonie et de prolonger le travail accompli dans toutes les manifestations : olympiades, Ambassadeurs en herbe, MUN-MFNU (modèle francophone des Nations Unies), et, cette année, le premier forum des « Lycées Français du Monde » (12-19 novembre 2017) où les actions vont être nombreuses sur les 4 sites.
  • Liaison inter-niveaux et inter-degrés.
    En remédiant au mieux aux difficultés des élèves à différents stades de leur développement et de leur épanouissement, et en affirmant une cohésion et une cohérence d’ensemble dans la mise en œuvre de la scolarité. Le Conseil inter-degrés doit pouvoir assurer cette continuité et cette personnalisation des parcours (avenir, arts et culture, citoyen, santé).
  • Développement durable.
    Le Lycée français du Caire a jeté les bases de cette réflexion dès la construction du nouvel établissement (ex : jardin pédagogique), en particulier en recherchant des formes de coopération solidaire et de générosité envers des groupes sociaux en difficulté (aide aux enfants cancéreux par exemple mais aussi spectacle de collégiens du LFC pour des centres d’enfants handicapés). Il nous faut poursuivre dans ce sens et ne pas décevoir nos partenaires, qui comptent sur nous pour aller plus loin dans leurs espoirs et leur volonté d’être.
    Il faudrait sans doute aussi élargir les réflexions, en travaillant, par exemple, sur l’épineuse question de la « gestion des énergies » et sur l’enjeu global de la « protection de l’environnement ». Rien ne fait obstacle à l’apparition d’un « modèle » français en matière d’écologie et d’économie domestique raisonnée, comme notre Ambassade le préconise, en formant des élèves dont les connaissances et le civisme seront précieux dans leur vie future.
  • La communication sous toutes ses formes.
    Plusieurs tâches nous attendent : l’amélioration du site de l’établissement, afin de mieux faire connaître nos actions et nos projets ; le maintien de la promotion des talents dans des journaux internes, la cérémonie républicaine de remise des diplômes du DNB, la cérémonie de fin d’études pour les bacheliers, les concours, les expressions culturelles et artistiques, le CVL ; la diffusion la plus large de ces réussites en utilisant tous les canaux possibles.

Pour mémoire, je vous rappelle que le projet d’établissement découle des besoins recensés au niveau du lycée et s’affirme en adéquation avec le projet de la zone Maghreb – Machrek et le Plan d’Orientation Stratégique de l’AEFE.  Il reprend ainsi 4 items :

  • Le développement d’un enseignement d’excellence.
  • L’accélération de la modernisation du réseau pour mieux répondre aux exigences des familles et mieux servir l’objectif de rayonnement culturel qui lui est assigné.
  • L’amélioration du pilotage du réseau pour le rendre plus réactif et plus efficient.

Dans ce contexte, je suis convaincue que chacun peut, avec le concours des services de l’AEFE et du Poste diplomatique au Caire, apporter ses compétences et ses talents à l’établissement comme aux élèves.

Nous avons tous en commun, le même objectif, celui de la réussite de tous et la construction d’une certaine forme de bonheur dans une communauté scolaire active et entreprenante, confiante dans sa mission de service public français délocalisé à l’étranger.

Avec l’équipe de Direction,

Mme le Proviseur, Dominique TRABOULSI